> >

[] [ ]

un prtexte pour intervenir en Syrie

(Tags)
 
Pour affaiblir lIran et la Syrie... Emir Abdelkader 0 2015-05-30 06:46 PM
Libye : faut-il intervenir militairement ? Emir Abdelkader 0 2014-09-29 11:57 AM
Hamas nest quun prtexte pour Isral Emir Abdelkader 0 2014-07-21 02:05 PM
Iran et Russie aux USA: La Syrie est pour nous ce quIsral est pour vous Emir Abdelkader 0 2013-09-14 02:56 PM
La vraie bataille pour la Syrie... Emir Abdelkader 0 2013-05-30 12:01 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-08-24
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool un prtexte pour intervenir en Syrie

Lattaque du march de Douma: un prtexte pour intervenir en Syrie ?




Cette traduction imparfaite ne doit pas nous retenir de vous prsenter cette analyse qui revient sur le rcent massacre de Douma et que nous ne partageons pas forcment.

Selon nos informations, il ny a pas de doute que larme syrienne a bombard Douma le 16 aot et caus de nombreuses victimes parmi les combattants arms. Toutefois elle naurait pas dlibrment cibl les civils comme cela a t rapport, mais les gangs arms qui depuis 2012 sy sont installs et tirent chaque jours des obus sur les zones contrles par le gouvernement. Il ny aurait pas eu de victimes parmi les femmes et les enfants. A Douma, comme dans la plupart des localits de la Goutha (environs de Damas) les habitants qui nont pas voulu se rallier aux gangs terroristes ont fui ou ont t vacus depuis longtemps vers des zones administres par le gouvernement. Les rares femmes et enfants rests sur place seraient lis aux gangs terroristes.
Par ailleurs, tous les jours, Damas et Alep et dernirement aussi Latakyie, des civils (hommes femmes et enfants) sont tus et blesss par les obus de mortier lancs par les groupes terroristes. Selon les Syriens que nous avons interrog Damas le nombre de civils tus par les groupes arms est nettement suprieur aux combattants et civils eux mls, tus par larme gouvernementale. Le 15 aot a t un jour particulirement meurtrier. Les groupes arms ont lanc des obus sur les quartiers habits Damas, Alep et Latakyie .
Quand les terroristes tuent des civils qui se trouvent en zone gouvernementale lOSDH ne dit rien et les mdias traditionnels nen parlent gure.Silvia Cattori

*
Lattaque du 16 Aot 2015 sur un march dans la ville syrienne de Douma, juste en dehors de la capitale Damas, a provoqu lindignation internationale. Les condamnations envers le gouvernement syrien ont afflu tandis que le prsident Assad et larme syrienne ont t condamns par les mdias. Fait intressant, ces dclarations ont t prononces bien avant quune enqute ne soit mene, et sans aucune preuve autre que les affirmations des porte-paroles des rebelles et des sources antigouvernementales. En effet, il y a eu une embarrassante pnurie dinvestigation tandis que les mdias institutionnels ces quatre dernires annes et demie, se sont empresss de monter les faits la convenance de leur rcit de longue date sur Assad le boucher.
Votre serviteur lui mme sait parfaitement que, en posant des questions difficiles, il sera qualifi dapologiste, de propagandiste dAssad ou quelque autre absurdit de la sorte. Franchement, de telles injures nont que trs peu de valeur par rapport la souffrance du peuple syrien, et la brutalit indicible qui sera dverse sur lui si les mdias institutionnels et les fauteurs de guerre occidentaux parviennent leurs fins et quune intervention se ralise au nom de lhumanitarisme.
Ceux qui travaillent pour la paix doivent tre prts sinterroger sur les vrits reues par la machine mdiatique et le faire en sachant que leurs motifs sont justes. Les victimes de cette guerre, passes et venir, ne mritent rien de moins.
Sinterroger sur les rcits de Douma
Lorsquon scrute attentivement les preuves de lattaque, et quon compare les allgations faites travers les mdias occidentaux, certaines irrgularits troublantes mergent. Non seulement les affirmations semblent tre exagres mais lorsquelles sont places dans le contexte historique de cette guerre, elles semblent intgrer un schma clair de distorsion et de dsinformation diffus des fins politique. En effet, les images brutes viennent, de trs loin, contredire certaines des affirmations faites par des tmoins et des activistes (un terme intressant en soi) souvent cits dans les mdias.


Premirement, il y a lallgation selon laquelle plus de 100 civils ont t tus par les frappes de larme syrienne. Il y a certainement beaucoup de photos qui semblent renforcer cette revendication, avec des dbris parpills un peu partout, des travailleurs humanitaires transportant des victimes, des civils effrays courant autour du march dtruit. Cependant, quand on regarde les vidos, mme celles fournies par des organes de presse tels que The Guardian, une chose curieuse semble manquer: des cadavres.
En effet, ne semble-t-il pas trange quun raid arien puisse anantir un march bond, tuant plus dune centaine de personnes, et quaucune des vidos ou photo ne montre les corps dchiquets par lexplosion? On se serait attendu voir des corps mutils, des membres parpills sur le sol, des mares de sang, etc Rien de tout cela.
Comparez les vidos de Douma celles de Gaza le 30 Juillet 2014 pendant lattaque dIsral. Un raid arien isralien, qui a tu 15 personnes et en a bless plus de 150, a galement frapp un march bond et a caus une terrible destruction. Et dans les vidos, on voit des corps ensanglants, des membres manquants, des mares de sang dans la rue et dautres images de corps dchiquets. Ou encore, comparez les vidos de Douma celles de Nol 2013, les bombardement dun march bond de Bagdad. Les vidos de cette attaque sont horribles, montrant les victimes avec des ttes partiellement arraches de leur corps, des jambes encore attaches au corps par la peau seule, des cadavres denfants et des autres images vraiment angoissantes.
Tous ces lments sont manifestement absents des images de la frappe arienne sur Douma. Pourquoi? Les diffrentes images relayes sur les deux mdias anti-Assad, et reprises par les grands mdias occidentaux, les premires vidos prises immdiatement aprs lattaque ne montrent aucun corps. Il y a des images montrant des corps aligns, mais il ny a aucune preuve visible quils ont t victimes de la frappe arienne. Fait intressant, toutes les victimes montres dans ces vidos taient des hommes dge adulte, plutt curieux sil sagissait effectivement dune attaque sur un march bond o vraisemblablement des femmes et des enfants auraient du tre prsents. En effet, au milieu de la guerre en cours, il y a des combattants tus quotidiennement, et il est tout fait plausible que les corps envelopps prsents soient des combattants tus dune autre manire et simplement montrs la camra comme victimes du raid arien.

Pour tre juste, des heures de recherche ont permis de dcouvrir au total une seule vido, prise aprs lexplosion, montrant les corps dune poigne de victimes de sexe masculin. Cependant, aucun signe de mort par attaque arienne nest observable; les corps sont tous entiers, aucun membres manquants, trs peu de sang ( la diffrence des vidos de Gaza et Bagdad). Une conclusion logique base sur les preuves disponibles serait que les hommes vus dans la vido sont morts de leffondrement dun immeuble, vraisemblablement le btiment dtruit derrire eux.
Impossible alors de dire exactement ce qui est arriv, il ny a absolument aucune preuve dfinitive dun raid arien causant un massacre dlibr, largument claironn par les mdias occidentaux et leurs homologues, financs par les saoudiens et les qataris, de la rgion. Un examen objectif de la preuve montre la probabilit distincte quun raid arien a t ralis sur un btiment adjacent au march. Et pourtant, dans les heures suivant lattaque, le rcit tait apparemment dj crit: Assad procde des reprsailles contre des civils innocents un crime de guerre vident.
Un autre questionnement important porte sur un examen minutieux des victimes elles-mmes. Naturellement, on ne peut pas faire la lumire sur tous ceux tus ou blesss dans une guerre, mais en essayant de discerner ce qui est rel et ce qui ne lest pas, il faut examiner de prs toutes les preuves. Et la liste des victimes, ainsi que le traitement des corps soulve plus de questions que de rponses.
Selon une liste de noms des victimes publie en arabe par le Comit de Coordination Douma, un groupe pro-rebelle, il y aurait 102 victimes du raid arien. Aprs traduction, la liste mentionne trois femmes parmi les 102 victimes. Il faut beaucoup de crdulit pour penser que, dans un march bond un dimanche, aprs un raid arien qui ne pouvait pas faire la distinction entre les sexes, il ny aurait que trois femmes parmi les morts. Comment est-ce possible? Il semble probable que, comme mentionn ci-dessus, la liste comprenne des combattants morts qui pourraient avoir t tus dans dautres circonstances - la bataille, pris pour cibles par larme syrienne, etc- qui ont tout simplement t ajouts la liste afin de renforcer le rcit dun massacre du march.
En outre, nous entendons parler de lenterrement des victimes dans des fosses communes, encore un autre dveloppement droutant. Comme la rapport Reuters le lendemain de lincident:
Soixante corps ont t enterrs dimanche soir dans deux fosses communes, a dclar un porte-parole de la force de dfense civile syrienne Douma, un service de sauvetage oprant dans les zones tenues par les rebelles. Trente-cinq autres ont t enterrs lundi, portant le nombre de dcs plus de 100, a-t-il dit. Il tait vraiment difficile didentifier les corps des victimes. Certains dentre eux taient brls jusqu los, de sorte que nous ne pouvions pas les ajouter la liste officielle, a dclar le porte-parole de 28 ans, qui a refus de donner son vrai nom pour des raisons de scurit. Sa maison a t dtruite dans le bombardement, a-t-il ajout.
Naturellement, la description donne dans cet article suscite une raction motionnelle forte. Cependant, reste la question troublante de savoir pourquoi, si le Comit de Coordination Doumaa a t en mesure de dresser une liste de toutes les victimes avec leurs noms, autant taient encore enterres sans crmonie dans des fosses communes. Mme en supposant que le nombre de tus tait correct, sil tait difficile didentifier les corps cause de la gravit des brlures, ils ont quand mme russi les identifier. Si lon admet que cela est vrai, alors ces corps auraient srement du tre donns aux familles locales pour lenterrement. Pourtant, ils ne lont pas t. Pourquoi?
Gnralement lutilisation de fosses communes indique un dsir de cacher rapidement des cadavres, ce qui, si les rcits des mdias sur Douma taient vrais, semble inutile. Quoi quil en soit, une vritable enqute sur cet incident devrait se pencher sur lutilisation des fosses communes afin de cacher des informations cls, savoir lidentit des personnes tues.
Une thorie alternative, celle qui est appuye par les preuves disponibles, est que larme syrienne a effectu une frappe arienne dans la ville bastion rebelle de Douma, et que la frappe a atteint sa cible, un btiment abritant une faction terroriste depuis longtemps connue dans la ville. Cela expliquerait la prpondrance des hommes parmi les morts, la ncessit du secret dans lenterrement des corps, et le motif de larme syrienne pour frapper cette cible.
En outre, il ny a pas vraiment de secret savoir qui taient les combattants la manuvre Douma et pourquoi ils auraient t cibls. Comme la Fondation Carnegie le notait en 2013:
La ville de Douma a longtemps t un bastion de linsurrection, et plusieurs factions armes sont actives dans la rgion, beaucoup dentre elles avec un penchant islamiste. Lune delles, lIslam Brigade de la famille Alloush, a au fil du temps prit un peu plus dampleur que les autres, en particulier aprs avoir revendiqu la responsabilit de lattaque du 18 Juillet 2012 contre lOffice National de Scurit Damas, qui a tu plusieurs personnalits de la scurit syrienne. En mars 2013, les principales factions de la rgion ont uni leurs forces dans un corps local appel le Conseil des Moudjahidins de Douma. Le nouveau groupe comprenait lIslam Brigade, la Brigade des Martyrs de Douma, la Brigade des Lions de Ghouta, la Brigade des Rvolutionnaires de Ghouta-Est, la Brigade des Lions de Dieu, la Brigade Tawhid al-Islam, la Brigade Farouq [Liwa al-Farouq], la Brigade Shabab al-Hoda, les Bataillons de Seif al-Omawi, le Bataillon de la Police Militaire, le Bataillon de Protection du Rgime, et le Bataillon al-Ishara.
Cette information cl est entirement omise dans les rcits des mdias occidentaux propos de ce qui est arriv Douma, pour des raisons videntes. Notamment parce quelle sape la thse selon laquelle les forces dAssad ont effectu un massacre criminel de civils sous forme de punition collective. Au lieu de cela, elle appuie les dclarations des porte-paroles de larme syrienne disant que larme cible des lments terroristes lintrieur de la ville, tout comme ils lont fait un certain nombre de fois, y compris rcemment, en juin 2015. Ce point est essentiel car il dmontre que ce dernier incident fait partie dune bataille en cours avec ces factions de Douma, celle qui a vu dinnombrables roquettes tires vers Damas depuis Douma et dautres banlieues environnantes.
Il faut prciser encore le fait que cette attaque de Douma ntait en aucun cas le seul incident de la journe. Il y avait eu en fait une srie daffrontements dans la banlieue de Damas le dimanche 16 Aot. Selon des sources militaires, il y avait eu de violents affrontements dans lEst de Ghouta la fois avec Jaish al-Islam (Arme de lIslam) et Faylaq al-Rahman (Al-Rahman Corps) tuant 11 soldats syriens et 21 militants tus. En outre, la ville de Harasta, ct de Douma, a t le thtre de grands affrontements entre larme et les rebelles.
A la lumire de ces faits il devient vident que quoi quil se soit produit Douma faisait partie dune bataille en cours entre larme syrienne et les rebelles anti-gouvernement pour le contrle de la ville.
Exposer les fauteurs de guerre humanitaires
La triste ralit est que les morts Douma ne sont gure plus que des accessoires pour ceux qui tentent dorchestrer une guerre supplmentaire au Moyen-Orient. Ces prtendus humanitaires voudraient transformer lincident en influence politique pour tendre la guerre qui fait dj rage afin de parvenir au tant dsir changement de rgime en Syrie.

Kenneth Roth, directeur excutif de Human Rights Watch, a dclar son soutien une guerre grande chelle contre la Syrie pour raison humanitaire. Roth a appel plusieurs reprises lintervention contre le gouvernement lgal de Syrie. Il a rcemment tweet des dclarations telles que: Comme Sarajevo, lattaque du march de Douma pourrait finalement forcer Assad cesser de viser les civils? (@KenRoth, 16 Aot). Linsinuation est tout fait claire: il devrait y avoir une intervention militaire, comme lors de la guerre de lOTAN contre la Yougoslavie afin darrter le massacre de civils. Il convient de noter que ce tweet a t publi dans les heures suivant les nouvelles de lincident Douma, avant toute enqute.
Roth, et par extension son organisation Human Rights Watch, sest discrdit par un tweets ineptes tels que: Les meurtres du march de Douma montrent comment Assad choisit de mener cette guerre: dlibrment contre des civils (@KenRoth, 16 Aot), une allgation videmment partiale, et sans fondement. Roth navait aucune connaissance des identits des morts ou des motivations du gouvernement syrien quand il a publi ce tweet le jour mme de lattaque. Il sest montr ici ni moins quun faucon de guerre.
Cette malhonntet nest cependant pas nouvelle pour Roth et HRW. Comme cet auteur la montr prcdemment, HRW est une organisation totalement discrdite qui a plusieurs reprises publi des fausses allgations au sujet de la guerre en Syrie afin de justifier une intervention de lOTAN. On doit videmment rappeler le risible rapport dHRW de 2013 titr: Attaques sur Ghouta: analyse de lutilisation prsume darmes chimiques en Syrie, lequel rapport prtendait que le gouvernement syrien avait men lattaque infme larme chimique du 21 Aot 2013.
Le rapport a depuis t compltement discrdit par le travail de lancien inspecteur en armement de lONU, Richard Lloyd et le professeur Theodore Postol, du MIT, qui ont publi leurs conclusions dans un rapport intitul: implication possible de renseignements techniques dfectueux des États-Unis dans lattaque aux agents neurotoxiques de Damas du 21 Aot, 2013, lequel rapport a dmontr sans quivoque que le gouvernement syrien ne pouvait pas avoir effectu lattaque.


[...]
Eric Draitser

Arrt Sur Info






 

()


: 1 ( 0 1)
 

un prtexte pour intervenir en Syrie




08:31 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,