> >

[] [ ]

Arabes et Franais, mmes combats

(Tags)
 
Sabra, Chatila et Gaza, les mmes victimes et le mme bourreau Emir Abdelkader 0 2014-09-28 12:15 AM
des arabes tuant des arabes, diviser pour mieux rgner Emir Abdelkader 0 2014-08-18 05:05 PM
Les Libyens changent de tte mais gardent les mmes problmes Emir Abdelkader 0 2014-06-30 05:46 PM
Ali Benflis rpond Ouyahia : Vous dialoguez avec vous-mmes ! Emir Abdelkader 0 2014-06-25 06:26 PM
Du gia aqmi, les techniques sont les mmes, Des terroristes la james bond Emir Abdelkader 0 2013-12-29 12:54 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2015-08-25
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Arabes et Franais, mmes combats

Arabes et Franais, mmes combats




Dans un formidable ouvrage, paratre le 27 aot, Les Arabes, leur destin et le ntre, l'historien Jean-Pierre Filiu souligne le rle de la France napolonienne dans l'mergence, au XIX de la "Renaissance arabe". Une soif d'mancipation toujours d'actualit, dans laquelle la patrie des Lumires devrait se retrouver.

[Extraits]

L'expdition d'Egypte, "secousse franaise" (1798-1801)

En mai 1798, Napolon Bonaparte embarque Toulon la tte d'une armada de quelque 300 navires, chargs de plus de 30 000 combattants ainsi que de 177 savants de toutes disciplines. Car la dimension scientifique de l'aventure est la mesure de l'ambition universaliste de la Rvolution franaise. [...]
A peine dbarqu Alexandrie, en juillet 1798, Bonaparte essaie de se concilier la population arabe en feignant d'avoir pour seuls ennemis les mamelouks, ces anciens esclaves convertis l'islam et affranchis pour assurer la domination ottomane de l'Egypte [le pays est alors, comme la plus grande part du monde arabe, intgr l'Empire ottoman]. La proclamation du gnral franais s'ouvre par l'invocation rituelle d'Allah avant d'affirmer: "Egyptiens, on vous dira que je viens pour dtruire votre religion. C'est un mensonge, ne le croyez pas ! Rpondez que je viens restituer vos droits, punir vos usurpateurs. Que je respecte, plus que les mamelouks, Dieu, son prophte Mohammed et le glorieux Coran."
Bientt matre du Caire, Bonaparte multiplie les dclarations islamophiles. Ce qui n'empche pas la colre populaire de monter jusqu'au soulvement d'octobre 1798, cras dans le sang. Jugeant l'Egypte plus ou moins pacifie, l'ambitieux gnral se tourne vers la Palestine o il pntre en fvrier 1799. Gaza tombe, puis Jaffa. L encore, l'arme rpublicaine multiplie les massacres. Bonaparte doit pourtant renoncer s'emparer du port fortifi d'Acre, aprs deux mois de sige infructueux.
C'est la fin des rves du gnral qui se voyait dj marchant sur Damas et Alep, voire prenant l'Empire ottoman revers. La grande rvolte du "Tiers Etat" oriental contre le despotisme de Constantinople ne s'est pas produite. [...]
Le 18 brumaire (9 novembre 1799), Bonaparte renverse le Directoire et prend le pouvoir Paris. L'Egypte est dsormais gouverne par le gnral Klber, qui dfait une arme ottomane Hliopolis, puis touffe un deuxime soulvement au Caire. Mais Klber est assassin en juin 1800 par un Arabe d'Alep, qui a agi seul et sera livr au supplice du pal. Son successeur est le gnral Menou, converti sous le prnom d'Abdallah (Serviteur de Dieu) et mari une Egyptienne de haut lignage. Le Conseil arabe qu'il constitue au Caire crit Bonaparte que "Franais et Egyptiens ne forment plus qu'un seul peuple uni par une amiti troite et sincre".
Les projets d'implantation durable de la France en Egypte sont cependant ruins par une nouvelle offensive anglo-ottomane, qui contraint Menou capituler Alexandrie, en aot 1801. Les trois annes de l'"expdition d'Egypte" s'achvent sur l'vacuation de l'intgralit des troupes franaises.
image: http://static.lexpress.fr/medias_105...li_5400459.jpg
Mhmet-Ali (1769-1849), pre de l'Egypte moderne.
Wikimedia Commons
Cet vnement Janus, la fois agression coloniale et entreprise culturelle, aura un impact profond et durable. Les historiens arabes considrent en effet que cette "campagne" (hamla) marque le dbut de la Nahda, littralement la "Renaissance". Les Arabes vont alors s'attacher relever le double dfi de la domination ottomane et de l'expansion occidentale. Ce vaste mouvement d'mancipation collective et individuelle dbute avec la secousse franaise de 1798-1801.
Vie et mort de la "Renaissance arabe"

C'est par la Nahda que les Arabes vont progressivement prendre conscience d'eux-mmes. Cette Renaissance arabe, quivalent des Lumires europennes, aura trois ples principaux: l'Egypte par la puissance d'un Etat modernisateur, la Tunisie par la lgitimit d'une construction constitutionnelle, et le Levant par le dynamisme d'une effervescence intellectuelle. [...]
Les imprimeries arabes se multiplient au cours du XIXe sicle, avec la publication d'au moins 10 000 ouvrages, soit plus de titres que durant le millnaire prcdent de l'histoire arabe. Le passage de l'arabe l'imprim engage un processus de "lacisation" d'une langue jusqu'alors confine au cadre dogmatique de la mosque ou de l'enseignement islamique. Mme si ces textes imprims demeurent souvent de caractre religieux, leur diffusion sans prcdent dans un espace qui ne l'est pas en change le statut. C'est une langue nouvelle qui merge, plus dlie, accessible des cercles sensiblement plus vastes, ainsi mis en relation de manire indite. La diffusion parallle de journaux, mme si leur tirage reste modeste, participe de ce flux de circulation des ides.
Les tudiants qui avaient jusqu'alors pour seul horizon les universits islamiques du Caire, de Damas, de Tunis ou de Fs s'expatrient de plus en plus vers l'Europe, avec une fascination toute mditerranenne pour Paris. [...] On voit ds lors merger une sphre publique d'un genre nouveau, o les intellectuels arabes dbattent d'un pays l'autre, avec en cho une diaspora aussi attentive que passionne.
[...] La contribution des chrtiens d'Orient de toutes obdiences est alors essentielle dans l'enrichissement d'un discours nationaliste nourri de solides rfrences historiques, qui va jusqu' l'exaltation de la figure de Mohammed comme hros arabe, plutt que comme messager d'une rvlation. Mais les intellectuels musulmans tiennent aussi toute leur place dans ce mouvement, de Jamil Sidqi al-Zahawi, fils du mufti d'Irak et directeur de l'imprimerie nationale de Bagdad, Abderrahmane al-Kawakibi, fondateur en 1877 du premier hebdomadaire arabe d'Alep, suspendu au bout de seize numros.
Une des arrestations d'al-Kawakibi Alep suscite mme, en 1899, une manifestation de protestation fminine, sans doute la premire du genre dans le monde arabo-musulman. Le cheikh insoumis considre que la dcadence orientale "est due au despotisme et son seul remde, c'est la libert. La meilleure forme en est la dmocratie constitutionnelle". Son engagement en faveur de la sparation du politique et du religieux est catgorique: "Laissez-nous rsoudre notre vie profane en neutralisant les religions qui auront leur rle jouer dans l'au-del. Laissez-nous rassembler autour de ces mots: vive la nation, vive la patrie, et que nous vivions libres et dignes."
[...] La Renaissance arabe a t une entreprise multiforme d'mancipation intellectuelle, d'affirmation nationaliste, d'aggiornamento islamique, de dveloppement conomique, de rationalisation administrative et d'avances institutionnelles. Jamais autant d'Arabes n'avaient t en relation avec d'autres Arabes, au sud de la Mditerrane comme dans la diaspora, en vue de faonner une vision des Lumires qui leur soit propre, enracine dans une langue, une culture et une fiert nationales.
[...] La Renaissance arabe se dveloppe au fil du XIXe sicle, mais est brise par les grands marchandages postrieurs au premier conflit mondial. Les peuples arabes, qui ne sont sortis de la tutelle ottomane que pour tomber sous le joug colonial, mettront encore de longues dcennies avant de conqurir leur indpendance nationale. Cette indpendance ne sera pourtant qu'inaccomplie, du fait de son dtournement par des rgimes dictatoriaux.
Tragdies d'aujourd'hui...

[...] Pour trouver des massacres comparables ceux qui ont ensanglant Le Caire en 2013 [aprs le coup d'Etat militaire du 3 juillet], il faut remonter aux tueries perptres du temps de l'expdition d'Egypte en 1798. Et le prcdent le plus proche de l'horreur inflige par Assad la Syrie se trouve dans les dvastations infliges par Tamerlan en 1400-1401. C'est dire combien le refus dictatorial de la Nahda n'est pas la simple prservation du statu quo, mais une rgression absolue vers les ges les plus tourments de l'histoire arabe, avec les destructions du patrimoine culturel qui l'accompagnent.
image: http://static.lexpress.fr/medias_105...te_5400445.jpg
La rpression des rgimes dictatoriaux (ici, Alep, en 2013), une "rgression absolue".
REUTERS/Jalal Alhalabi
Le projet criminel des Assad et autres Sissi va bien au-del de la restauration autoritaire, mme brutale: il vise enraciner la peur du moindre changement au plus profond de l'tre de leurs compatriotes, la seule vocation de la libert devant dclencher en eux une dcharge lectrique.
C'est au prix de cette torture collective que les "dcideurs" algriens ont fait endosser, en avril 2014, la reconduction de Bouteflika sur le trne prsidentiel... en chaise roulante. Les nervis de Nasser pouvaient se contenter en 1954 [en Egypte] de clamer: "Pas de parti, pas de Parlement, pas d'lection."
En 2015, il faut toute la barbarie de Daech pour esprer faire taire les aspirations arabes la libration, alors mme que l'exprience tunisienne prouve qu'il n'y avait aucune fatalit cet hallucinant dferlement de violence. C'est bel et bien en suivant le chemin de l'mancipation individuelle et collective, trac ds le XIXe sicle par les pionniers des Lumires arabes, que peut tre conjure la monstrueuse menace des despotes et des djihadistes, les uns alimentant les autres.
[...] Les Arabes ne demandent fondamentalement que leurs droits et les Franais devraient le comprendre mieux que tout autre peuple. Ces droits, ils se battent pour les obtenir dans le cadre des frontires coloniales, car c'est dans ce cadre, aussi artificiel et contestable soit-il, que leur lutte politique se droule depuis des dcennies. Mais les despotes, prts toutes les extrmits pour touffer la contestation, ont aliment le monstre djihadiste, qui se joue des frontires pour diffuser son projet totalitaire.
Du 7 au 9 janvier 2015, les tueurs frappent trois reprises dans Paris: Charlie Hebdo, des policiers, un magasin juif, chacune de leurs cibles vise susciter des reprsailles sanglantes contre les musulmans de France, selon la logique suivie par Zarqaoui en Irak pour y prendre les sunnites en otages. Les meurtriers ont beau tre ns en France, leur passage au djihadisme s'est fait dans le cadre de la "filire des Buttes- Chaumont", active ds 2004-2005. Rappelons que la filire des Buttes-Chaumont tait assiste par les services d'Assad et que les frres Kouachi ont t entrans dans un camp ymnite d'Al-Qaeda [...].
L'homme clef de cette campagne terroriste en Europe est aussi responsable de l'expansion meurtrire de Daech en Afrique du Nord: Boubaker al-Hakim, pilier de la filire des Buttes-Chaumont, fut le mentor des frres Kouachi, avant de revendiquer les crimes politiques qui ont en 2013 bien failli compromettre la transition tunisienne. Les assassins de la libert sont les mmes Paris et Tunis. Ils ont encore frapp, le 18 mars 2015, tuant 22 personnes, dont quatre touristes franais, au muse du Bardo. Daech, qui a assum la responsabilit du massacre, bnficie partout du soutien direct ou indirect des contre-rvolutionnaires arabes.
Malgr cette communaut d'ennemis, la tragdie de la libration arabe suscite dans notre socit plus de rejet que d'empathie, plus d'accablement que de clairvoyance. C'est prcisment l'objectif que poursuivent aujourd'hui les despotes arabes, l'image des "dcideurs" algriens deux dcennies plus tt: nous pousser ne plus vouloir voir ni comprendre les drames qui se droulent au sud de la Mditerrane, amener le sentiment d'horreur paralyser notre entendement, obscurcir sous les massacres le sens profond de ce combat pour les liberts.
Les deux sicles d'histoire partage entre Franais et Arabes rendent illusoire toute tentation de retrancher notre pays dans une tour d'ivoire, d'o il pourrait contempler sans risque les tourments infligs par des tyrans dchans et les tortionnaires djihadistes. Il y aura encore des drames et des deuils, car les attentats djous sur notre sol ces dernires semaines montrent que la menace terroriste s'est installe pour durer.
[...] Les bourreaux ne partiront jamais d'eux-mmes, il faudra les renverser. Les Arabes le savent et, dfaut de notre concours, ils aspirent au moins notre comprhension. Il en va de notre avenir commun et de notre libert tous.







 

()


: 1 ( 0 1)
 

Arabes et Franais, mmes combats




08:43 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,