: ( 1 )  
2018-05-16
 
Emir Abdelkader
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 46,852 [+]
: 2369
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Dans lenfer des coupures de routes en Kabylie

Reportage. Dans lenfer des coupures de routes en Kabylie

De vastes tendues de forts de conifres et de chne lige, des torrents qui grondent sous les ponts, un doux soleil printanier et une circulation fluide.




Les automobilistes qui empruntent en ce samedi 12 mai la RN 12 reliant Tizi Ouzou et Bjaa ne se doutent pas quaprs la frie, ce sera le calvaire. À peine passe la ville dAdekar, en arpentant la descente menant vers El Kseur, la circulation sarrte brusquement.
La file de voitures, de bus et de camions sallonge rapidement. Une panne, un accident, un barrage ? Non, rien de tout cela. Les habitus comprennent vite quil sagit dun blocage de route. Un autre.
Une situation intenable

Le phnomne est en effet trs rpandu dans cette rgion de Kabylie depuis plusieurs annes. Mais ces derniers mois, il a pris des proportions intenables. Le moindre problme, la plus insignifiante des insuffisances est porte sur la route.
Villageois et citadins recourent systmatiquement, parfois avant mme davoir essay dautres voies, au blocage de la chausse pour faire entendre des revendications qui vont de leau llectricit, en passant par le gaz de ville, lentretien des routes, le transport scolaire, la gestion des dchets
Cette semaine qui commence sera particulirement cauchemardesque pour les habitants et les visiteurs de Bejaa. Cest comme si les coupeurs de routes se sont donns le mot pour touffer la wilaya en bloquant tous les axes principaux : les sorties ouest vers Alger et Tizi-Ouzou par Azazga et par le littoral, et les voies de lEst menant vers Stif et Jijel.
Cette fois, cest au niveau du village de Bourbatache, relevant de la commune de Fenaa-Ilmaten, juste avant la ville dEl Kseur (25 km louest de Bejaia), que la circulation est ferme.
Des jeunes peine sortis de ladolescence se tiennent au milieu de la chausse jonche de blocs de pierre, de pneus et de grosses branches darbres. Ils rclament lamlioration de leur cadre de vie et jurent quaucun vhicule ne passera. Pas mme ces innombrables minibus vert et blanc qui transportent des coliers en excursion. Ils viennent principalement de Tizi-Ouzou, de Boumerds et dAlger.
Le week-end sous le soleil dans lune des rgions touristiques les plus prises du pays naura pas lieu pour ces bambins qui doivent donc rebrousser chemin.
Coinc dans la file, un chauffeur de poids lourd fait part de son amertume et de ses regrets. Jai emprunt cette route car jai entendu dire quil y aura un blocage au niveau de Sidi Ach. Je naurais pas d passer par l. Franchement, on ne sait plus quoi faire. Ces coupures de route nous empoisonnent la vie. Cest trop , peste-t-il, avant dexpliquer aux autres automobilistes quil serait vain dattendre lintervention des autorits.
Ni la police ni la gendarmerie ninterviendront. On a lhabitude maintenant et on sait que la route ne sera rouverte qu la nuit tombe, lorsque les meutiers seront fatigus .
De grosses pertes pour lconomie

Les coliers en excursion rentreront chez eux, mais les autres, notamment les chauffeurs de camions, doivent se dbrouiller pour arriver destination.
Cest--dire emprunter dautres routes, si elles ne sont pas aussi bloques. La plus proche, cest celle qui mne vers Sidi Ach en passant par Tifra. Elle est troite, sinueuse et abrupte. Mais personne ne fait la fine bouche. On y circule lentement, dangereusement, mais cest mieux que dtre bloqu.
Aprs deux heures de descente, la ville de Sidi Ach, sur les bords de la Soummam. Pour atteindre la route nationale menant vers Bjaa, il faut passer par lenfer de lencombrement du centre-ville.
Contrairement aux apprhensions du chauffeur du poids lourd, la route nest pas bloque. Mais ce nest que partie remise. Elle le sera le lendemain, soit dimanche matin, au niveau de lentre est, entre Sid Ach et la commune de Remila.
Cette fois encore, le motif na rien de dramatique : les habitants dun quartier de la ville rclament lacclration des travaux damnagement suite un affaissement de terrain.
Pour une telle futilit, un axe aussi nvralgique pour le trafic routier sera bloqu pendant plusieurs jours. La RN 26 est en effet de lunique passage vers Bejaa en venant dAlger par Bouira, la nouvelle pntrante autoroutire ntant oprationnelle que jusqu la localit de Takariet, entre Akbou et Sidi Ach.
La route est arpente quotidiennement par des centaines, voire des milliers de camions de gros tonnage acheminant des marchandises partir du grand port de la wilaya.
À ce rythme, jai bien peur pour lavenir de lconomie de la rgion. Les investisseurs doivent rflchir longuement avant de sinstaller dans la wilaya. Nous, on nest pas trs touchs par le phnomne, mais partir de Sidi Ach jusquaux localits est, comme Aokas, Souk el Tenine et Kherrata, en passant par le chef-lieu de la wilaya, les entreprises subissent dnormes pertes quotidiennement , nous dit un oprateur de la zone dactivit de Taharacht, Akbou, lune des plus dynamiques du pays avec les marques Soummam, Danone, General Emballage, Ifri, Ifruit, pour ne citer que les plus connues.
Le passage par Sidi Ach ntant donc pas possible, les chauffeurs de camions, de bus et les autres automobilistes doivent improviser. À ct de lusine de textile de Remila, un petit embranchement sur le flanc droit de la route offre peut-tre une solution. Mais en quelques minutes peine, il est submerg de vhicules.
Un encombrement monstre se cre rapidement et la pente raide ne fait que compliquer les choses. Mme un vhicule de police est oblig de passer par l. Aprs une heure et demi de monte jusquau carrefour menant vers la commune de Tinebdar, et presque autant de descente, le cauchemar prend fin.
Trois longues heures pour contourner la ville de Sidi Ach, cinq heures pour rallier celle dAkbou partir de Bjaa. Le trajet du retour sera tout aussi prouvant car le sige ne sera lev que vers 19 heures pour tre rinstaur ds les premires heures le lendemain, soit lundi, par les mmes meutiers, pour le mme motif.
Simultanment, le mme calvaire est vcu par les automobilistes aux quatre coins de la wilaya. La RN 24 reliant Bjaa Tizi-Ouzou par le littoral est ferme au niveau de la ville ctire de Beni Ksila, et la RN9 menant vers Stif a subi le mme sort lentre du tunnel de Kherrata, o mme en situation normale, laration nest pas suffisante. Et comme pour isoler compltement la rgion, les habitants de la localit dIfticen, proximit du chantier de la nouvelle pntrante autoroutire, ont dcid de bloquer la voie ferre menant vers Alger et les localits de lEst. Cest la totale !
À Bejaa, le phnomne commence exasprer. Lors de la marche de soutien aux travailleurs de Cevital, organise lundi 14 mai au chef-lieu de la wilaya, cest le sujet de discussion de nombreux prsents, dautant plus que, dune manire ou dune autre, il est en lien avec lobjet de la manifestation : le blocage des investissements dans la rgion.
Ce nest pas comme cela quon va attirer les investisseurs. Avec tous les blocages administratifs, les fermetures des routes feront fuir les plus tenaces des investisseurs. Il faut une solution et vite , lance un habitant de la ville.
La wilaya a besoin dun plan durgence

Rachid Saou, membre de la direction du RCD et de la Coordination de soutien aux travailleurs de Cevital en sait quelque chose pour avoir t lu lAPW.
Bjaa est la wilaya o il y a le plus de coupures de routes lchelle nationale. En 2013, nous avons discut au niveau de lAPW de ce phnomne, mais malheureusement, il ny a pas eu de rsolution. On aurait aim quil y ait une rsolution pour aller vers la population et lui expliquer que ces actions pnalisent dabord le citoyen, linvestisseur et lconomie de la wilaya. Cest un frein au dveloppement car aucun investisseur ne peut mettre son capital dans une wilaya o il y a des coupures de routes. Prenons lexemple de la marche daujourdhui. Beaucoup de citoyens qui souhaitaient y participer nont pas pu tre lheure cause du blocage de la route Sidi Ach , dit-il.
Un point de vue que ne partage pas le dput Khaled Tazaghart. Je dfie les autorits dapporter la preuve quun investisseur a fui la wilaya cause de la coupure des routes. Ce qui bloque linvestissement, cest la bureaucratie du pouvoir. Manipulation ou pas, pour moi il y a un tat de non-droit , lche-t-il.
Pour llu du Front El Moustakbal, la rgion a besoin de plus que de petites solutions de rafistolage : Aujourdhui notre wilaya na pas besoin de petites dcisions du gouvernement, mais dun plan durgence qui va mettre niveau les 52 communes de Bejaa linstar de toutes les municipalits dAlgrie. À ma permanence Tazmalt, je reois des centaines de jeunes qui rclament du travail, des comits de village qui rclament du goudron pour leur route. Le gouvernement doit dgager un plan durgence pour les zones rurales et montagneuses .
Mais en attendant, cest le citoyen qui souffre de cette situation sur les routes. Je sais que les citoyens souffrent, mais les meutiers vous diront quils ont frapp toutes les portes et quil ne leur reste que ce moyen que je considre comme le plus radical des actions pacifiques. Le problme cest que ds quil y a coupure, il y a rponse des autorits. Donc le systme veut riger les fermetures en seul moyen de revendication , estime M. Tazaghart.
M. Saou abonde dans le mme sans : Dabord, le pouvoir fait tout pour que les lus locaux naient pas de crdibilit auprs des citoyens. Comme le maire na pas de prrogatives, les citoyens nont comme recours que de bloquer la route. Et en rpondant leurs dolances, le chef de dara et le wali encouragent indirectement ce genre dactions .