> >

[] [ ]

Le rejet du quatrime mandat rassemble

(Tags)
 
Quatrime mandat, 3) Et sil ne stait pas prsent ? Emir Abdelkader 0 2014-03-13 03:39 PM
Pourquoi un quatrime mandat ? Emir Abdelkader 0 2014-02-27 08:11 AM
Quatrime mandat : Il a os ! Emir Abdelkader 0 2014-02-23 02:12 PM
Les dangers dun quatrime mandat Emir Abdelkader 0 2014-02-20 02:25 PM
De quoi le quatrime mandat est-il le nom ? Emir Abdelkader 0 2014-02-08 03:53 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-03-22
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Le rejet du quatrime mandat rassemble

Le rejet du quatrime mandat rassemble




Les partis et personnalits politiques appelant au boycott de la prsidentielle ont russi, hier, rassembler des milliers de personnes la salle Harcha. Les boycotteurs, qui se projettent dj dans laprs-17 avril, veulent se poser comme un front politique alternatif en sinscrivant durablement dans le temps.


Dbut officiel du printemps. Il fait beau. Alger sanime. Les bambins sont de sortie. Juste aprs la prire dEl Djoumou, les familles envahissent les parcs publics, le Jardin dessai, les centres commerciaux ou encore la nouvelle promenade qui longe la baie. Dans le lot, il y en a qui ont prfr soffrir un week-end politique du ct de la salle Harcha. Et pour cause : cest l que se tient le premier meeting populaire des 5+1, le front frachement cr des partisans du boycott et qui comprend : le RCD, le MSP, Jil Jadid, Ennahda, le FJD de Djaballah et lex-candidat la prsidentielle Ahmed Benbitour. Le meeting doit commencer 15h. Une heure avant, des cortges de militants et de citoyens convergent vers la salle. Un dispositif lger des forces de police quadrille les abords de la salle et les voies qui y mnent.
Devant la grille principale, un groupe dislamistes sest form. Des militants de lex-FIS. Ils semblent guetter quelquun ou quelque chose. Des policiers en uniforme et en civil les ont lil. 14h25. Ali Benhadj dbarque et provoque un petit mouvement de foule. Ya Ali, ya Abbas, el djabha rahi labess, scandent ses fans. Les policiers les laissent faire. Ils pntrent lintrieur du complexe sportif, en rangs serrs, derrire Ali Belhadj. Ils prennent place sur un flanc de la salle, juste en dessous de tribunes domines par des drapeaux berbres. Echanges damabilits par slogans interposs, mais les choses en resteront l. La salle continue se remplir. Tous les gradins sont pleins, de mme que larne centrale o des chaises en plastique ont t disposes. Une tribune a t amnage au fond. Il fait chaud. Effet de serre. Des slogans fusent en attendant lentre sur scne des tribuns : Yen a marre de ce pouvoir, Djazar horra, dimocratia ou encore Echab yourid isqat ennidham.
Mou-qa-ta-
Un chauffeur de salle invite les prsents rpter aprs lui le mot dordre du meeting : Mou-qa-ta- (boycott). Une large affiche rpercute le mme slogan : Boycott, boycott pour lAlgrie. 14h55. Sad Sadi fait une entre triomphale. Il est accompagn de matre Ali Yahia Abdennour, avec son lgance lgendaire, la tte coiffe dastrakan. Cameramen et photographes se ruent vers eux. Des sympathisants du RCD entonnent : Assa, azekka, Sadi yella yella. 15h. Les tribuns tant attendus font leur entre en traversant la salle. Ils se fraient difficilement un chemin au milieu dun vritable ciment humain. Ils montent sur lestrade. Photo de famille en levant les bras, la main dans la main. Limage est sduisante. Celle dune opposition qui aura su transcender ses divergences pour faire front face au nidham. Le chauffeur de salle scande de nouveau mou-qa-ta-, suivi en chur par un public chauff bloc. Lun des organisateurs rcite la Fatiha suivie de Qassaman et dune minute de silence la gloire des chouhada et des victimes de Ghardaa.
Cest Soufiane Djillali qui ouvre le bal. Lordre de passage a t dcid par tirage au sort. Et tout le monde a respect le verdict de notre urne, glisse malicieusement lun des animateurs du meeting. Le prsident de Jil Jadid trenne son discours sur fond de ulac el vote ulac. Nous sommes heureux de voir cette salle pleine et, en son sein, des Algriens de diffrentes sensibilits. Cest une belle image qui dit notre disposition travailler la main dans la main, car nous sommes tous dans la mme tranche. Nous luttons tous pour lAlgrie de demain, dclare Soufiane Djilali, avant dajouter : Ce meeting est la meilleure rponse au rgime qui ne cesse de rpter : cest moi ou le chaos. Ils veulent nous imposer un Prsident absent, un prsident fantme qui ne sadresse plus au peuple et qui na dautre souci que son intrt personnel.
Aprs 22 mois de silence, il a parl pendant 14 secondes pour dire djit bach netrachah (je suis venu pour me prsenter). Il na eu aucun mot pour les citoyens qui meurent Ghardaa et ailleurs. Un clan a fait de cette lection une mascarade. Sellal et Benyouns se permettent mme dinsulter le peuple. On a rappel les ingnieurs de lchec. Ouyahia, ils lont affam du koursi et maintenant, il court aprs. Belkhadem, dit sa voix (du Prsident) steint et revient. Il nous parle dun prsident disparu. Depuis fvrier, nous sommes sortis du processus lectoral pour entrer dans une logique de coup dEtat, assne lorateur dans un tonnerre dapplaudissements. Et lex-candidat la prsidentielle de plaider, en guise dalternative, pour un Etat de droit, un systme politique consensuel qui soit lmanation du peuple. A la fin, Soufiane Djilali lance cette boutade : Je vais vous confier un secret, mais ne le rptez personne. Avec les chefs de parti runis ici, nous sommes en train de comploter contre ce systme ! Alors aidez-nous dans notre complot
Le boycott nest pas une fin en soi
Mohcine Belabbas, prsident du RCD, prend le relais dans un arabe impeccable, saupoudr de phrases en kabyle : Dans cette salle, je vois lAlgrie qui aspire la dignit, la libert et la justice. Il poursuit : Ce meeting est un tournant indit, celui dune Algrie pluraliste. Nous voulons transmettre un message de paix et de tolrance. Cest la preuve que les Algriens, malgr leurs diffrends et leurs diffrences, sont capables de dialoguer, changer leurs visions. M. Belabbas dresse au passage un svre rquisitoire du rgime avant de prvenir : Si le pays demeure otage de ce systme, son sort sera la destruction. Il flingue le rgime lectoral actuel et la plaie de la fraude quil qualifie de cancer. Toujours dans le mme registre, le prsident du RCD parle de hold-up lectoral.
Pour lui, le pire des voleurs est celui qui prive le citoyen de sa voix. Mohcine Belabbas est revenu sur la proposition de crer une commission indpendante dorganisation des lections qui a essuy un refus entt. Et de pointer du doigt la partialit de ladministration, de la justice, du ministre de lIntrieur et du Conseil constitutionnel qui sont devenus, selon lui, des instruments au service de la fraude. Pour lui, lenjeu, aujourdhui, nest pas uniquement de faire barrage au quatrime mandat mais de combattre lordre tabli et le rgime qui le soutient. Cest un rgime qui sme la haine et la fitna. Le Mzab est en tat de guerre depuis cinq mois, o est la stabilit ? scrie-t-il.
Pour lui, le changement doit soprer dune faon pacifique et organise. Le boycott nest pas une fin en soi, cest une manire de fragiliser le systme et de vider le prochain mandat de toute sa substance. Cest le premier pas pour jeter les assises dune priode de transition afin de redfinir les rgles du jeu politique, appuie-t-il. Cela doit se faire dans le cadre de consultations largies avec, pour finalit, une Constitution consensuelle, prconise-t-il, avant de conclure : Ce systme va tomber mais lAlgrie vivra !
Lacte de naissance dune nouvelle re
Pour sa part, Mohamed Douibi, secrtaire gnral du mouvement Ennahda, sattelle expliquer les raisons du boycott : Nous avons demand des garanties pour sortir de la crise travers des lections honntes. Nous avons exig une instance indpendante qui organise les lections. Le rgime a refus. Nous savons pertinemment que le scrutin est truqu davance. Nous avons choisi de ne pas cautionner cette lection, notre participation sapparenterait un faux tmoignage (chahadate zour). Abondant dans le sens des interventions prcdentes, Mohamed Douibi insiste sur le fait que cette sortie commune sinscrit dans une dmarche politique qui va au-del du boycott. Ce consensus exprime la profondeur de la classe politique, a-t-il soulign.
Il sagit maintenant de travailler autour dun projet politique national davenir qui commence par une Constitution consensuelle. Notre projet est un projet politique qui rendra la parole au peuple. Aujourdhui, vous avez sign lacte de naissance dune nouvelle re, se flicite le leader dEnnahda. A peine Abdallah Djaballah, prsident du Front de la justice et du dveloppement, sapprtait-il prendre la parole que le groupe des ex-FIS entourant Ali Benhadj se mit le chahuter. Ils reviendront plusieurs fois la charge mais ne parviendront pas dstabiliser Djaballah.
Ce dernier finit par trenner son discours en saluant ceux qui osent dnoncer linjustice. Il salue galement dans la foule la population des Aurs qui a bris le mur de la peur. Et de faire remarquer : LAlgrie nest pas seulement devenue mamlaka (monarchie) mais milkiya khassa (proprit prive). Et de brocarder ceux qui veulent imposer un homme impotent, incapable de grer sa propre personne, et qui se prsente afin de permettre au rgime de poursuivre sa politique de pillage des richesses du peuple. Abdallah Djaballah termine en appelant les autres candidats encore en course rejoindre le front des boycotteurs.
Benbitour chante Min djibalina
Abderrazak Makri, prsident du MSP, fera, lui, une allocution trs anime, invitant le public rpter, intervalles rguliers, des slogans-cls. Il entonnera tour tour Antoum fachiloune (vous avez chou) que reprendra la salle lunisson, suivi de Antoum fassidoune (vous tes des corrompus) en parlant de mafia intercontinentale. M. Makri dnonce vigoureusement la dernire vague de rpression contre les anti4 et la fermeture abusive de la chane Al Atlas TV. Il reprend son anaphore par un tonitruant Antouma haggarine, avant dentonner : Nahnou mouqatioune (nous vous boycotterons). Lorateur termine en appelant mditer lexemple tunisien o la classe politique a su dpasser ses divergences et laborer une solution.
Enfin, lex-candidat Ahmed Benbitour a soulign, son tour, la forte porte symbolique de ce meeting qui, dit-il, montre la bonne voie pour sauver lAlgrie. Cest un comportement civilis qui montre que les Algriens sont capables dagir sans violence. Ce 21 mars 2014 fera date, note-t-il. Et dappeler une confrence nationale pour le changement. Lancien chef de gouvernement plaide pour un Etat fort par sa justice au lieu dun Etat faible et uniquement fort par sa police. Clou de son intervention : Benbitour chante Min djibalina. Et toute la salle de le suivre. Moment fort en motion. Min djibalina tala sawtou el ahrar younadina lil istiqlal


Mustapha Benfodil




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Le rejet du quatrime mandat rassemble




11:06 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,