> >

[] [ ]

Commmoration du 69e anniversaire des massacres du 8 Mai 1945 :...

(Tags)
 
Des Amricains dguiss ont particip aux massacres en Algrie Emir Abdelkader 0 2014-03-02 02:57 PM
30 Touareg massacrs par des Peuls Emir Abdelkader 0 2014-02-08 04:10 PM
commmoration de lAchoura Kerbala Emir Abdelkader 0 2012-11-25 07:21 PM
Commmoration de la mort du chahid Maillot Emir Abdelkader 0 2012-06-14 11:15 PM
8 1945 smail-dz 1954 5 2010-05-13 11:00 AM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-05-08
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,827 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Commmoration du 69e anniversaire des massacres du 8 Mai 1945 :...

Commmoration du 69e anniversaire des massacres du 8 Mai 1945 : Le cri de la libert






Moudjahid, crivain, pote et enseignant en sciences islamiques, M. Mohamed-Salah Seddik, a fait impression hier, au forum de la Suret nationale, par son rudition, son tmoignage et sa grande sagesse. Face une assistance moyenne mais trs intresse, compose en grande partie de cadres de la Suret nationale, le savant musulman est revenu sur la date historique du 8 Mai 1945 et sur les leons tirer des massacres sanglants perptrs ce jour l par les forces coloniales contre la population algrienne dsarme. En effet, au moment o le monde entier clbrait la victoire des Allis contre lAllemagne nazie et la fin de la IIe Guerre mondiale, les Algriens sont sortis dans la rue Stif, Guelma et Kherrata, le 8 mai 1945, pour manifester leur joie et leur bonheur, aprs la fin des hostilits, et partant, exprimer leurs lgitimes revendications la libert et lindpendance. Les rsultats ne se sont pas fait attendre, rappelle t-on, puisque une terrible rpression, uvre de loccupant colonial, sest abattue sur le peuple algrien dsarm, causant la mort de plus de 45.000 personnes, sans compter les dgts matriels qui furent tout aussi considrables.
Selon M. Mohamed-Salah Seddik, auteur de 111 ouvrages, ce jour, dont 27 sur lhistoire de la Rvolution, ces massacres sanglants, sauvages, disproportionns, commis par la soldatesque coloniale dans plusieurs villes et villages du pays, ont sonn le rveil des consciences algriennes engourdies, voire trompes par les nombreuses promesses faites par les colonisateurs daccorder lindpendance lAlgrie, aprs la fin du conflit mondial.
La rpression sauvage des manifestants du 8 mai 1945, a soulign le confrencier, a servi de vritable cours magistral pour le peuple algrien, lui permettant de prendre brutalement conscience du vrai visage du colonialisme et de la ncessit de le combattre, partout travers le pays, par tous les moyens aussi, en vue de recouvrer ses droits lgitimes la libert et lindpendance.
Partant de l, il est devenu ncessaire voire indispensable pour le peuple algrien de se prparer affronter lennemi colonial par les armes, pour atteindre les objectifs quil sest tracs, a-t-il ajout, en guise de deuxime leon tirer.
Dans ce contexte, lillustre hte du forum de la Suret nationale a voqu les faibles moyens matriels et humains mis en uvre par la Rvolution de Novembre pour contrecarrer la puissante arme coloniale en mettant laccent sur la volont et la dtermination, et surtout lesprit de sacrifice qui animaient les glorieux combattants de la libert.
Mourad A.

-----------------------------------
Le premier martyr est un jeune scout
Les massacres du 8 Mai 1945 ont t revisits hier, au Centre culturel islamique (CCI) dAlger loccasion dune confrence anime par lenseignant universitaire Abderrahmane Tounsi, matre-assistant luniversit de Khemis Miliana (Ain-Defla).
Demble, lorateur refuse de qualifier ces douloureuses et sanglantes journes par le terme vnements et soutient quil sagit de massacres en cette fatidique journe de souk , le march hebdomadaire de Stif cette poque. Lorsque vous voyez des civils parmi lesquels se trouvent des enfants tus coups de feu. Lorsque vous apprenez que des innocents sont jets des avions, je pense que le terme massacre est le plus indiqu , a-t-il expliqu en rvlant que la premire victime avoir tombe en martyr se nomme Sal Bouzid, un jeune adolescent qui faisait partie des scouts musulmans. Il a refus de jeter le drapeau algrien comme la exig un officier franais, et il la pay de sa vie , a-t-il racont. Abderrahmane Tounsi rappelle que des facteurs et des vnements ont contribu lclatement des massacres du 8 Mai. Ces derniers ont t, cet effet, prcds par dautres manifestations qui ont prpar en quelque sorte le terrain la grande manifestation. Il y a eu surtout la clbration de la fte du travail, le 1er mai, soit une semaine avant les massacres. Le parti du peuple a profit de cette occasion et a affich des slogans appelant lindpendance, la libration de Messali Hadj et autres slogans nationalistes qui ont surpris les forces colonialistes lesquels, selon lui, nont pas hsit armer les milices et solliciter dautres armes et lgions pour punir les citoyens algriens et lui faire subir tant dhumiliations. Ctait horrible ! , a-t-il rsum.
Lenseignant universitaire a affirm que le peuple algrien a compris aprs ces sanglantes journes que la France ne comprend quun seul langage, en loccurrence celui des armes et quil ne sert rien de ngocier avec elle ou tenter de trouver un compromis pour recouvrir son indpendance .
Lautre leon est que la reconnaissance et la gratitude sont le dernier des soucis des Franais, car il faut se souvenir que des milliers dAlgriens se sont sacrifis dans la lutte contre les nazis et ont rejoint les troupes franaises pour les aider dans ce combat , a indiqu Abderrahmane Tounsi qui tient rappeler quavant le 8 mai 1945, dautres massacres ont t perptrs par les forces coloniales. A lexemple de celui commis par le Gnral Rovigo en 1832 contre une tribu El Harrach (Alger) ou de Ouled Ryah, du cot de la Dahra, en 1845 o des citoyens innocents sont morts touffs dans une grotte aprs que les Franais eurent mis le feu.
SAM
-----------------------------------
Guelma
Les camions de la mort du 8 mai 1945
Bien que 69 ans nous sparent aujourdhui des massacres du 8 Mai 1945, des personnes ges de Guelma ne parviennent pas oublier les camions de la mort qui transportaient des indignes que lon abattait et jetait, sans autre forme de procs, dans des charniers.
Quelques tmoins encore en vie se souviennent de la campagne enrage mene par les gendarmes et les miliciens europens, les jours qui ont suivi les manifestations rprimes, le mardi 8 mai 1945, pour fusiller des militants nationalistes dans des lieux isols, macabre terminus des camions de la mort. Des hommes de tous ges, des femmes aussi, furent ainsi conduits dans lun de ces endroits, au lieu-dit Kef El Boumba, et aux fours chaux de la ferme de Marcel Lavie o de nombreux corps furent incinrs. Mohamed-Tahar Brahim, dit Salah, avait pu senfuir aprs avoir saut dun camion qui transportait des dizaines dAlgriens. Il rapporte que des camions militaires ne cessaient daller et venir pour conduire les victimes en dehors de la ville pour les assassiner en groupes.
Le transport seffectuait le soir, chaque camion transportait au moins vingt personnes. Les miliciens et les gendarmes appelaient ces courses sinistres des randonnes sur la route du sud.

-----------------------------------
KHERRATA
La rpression coloniale dans toute son horreur
Le 8 mai 45, soixante-neuf ans se sont couls depuis les vnements sanglants et atroces qua connus la ville de Kherrata, les localits de Melbou et Souk El Tenine dans la wilaya de Bejaia. Une journe sanglante o les hordes sauvages coloniales ont rprim sauvagement la population opprime qui avait demand de vivre dignement et sans aucune domination coloniale. Mais ce colonialisme sans foi ni loi avait rpondu autrement, avec une rpression indescriptible. Ctait un vritable massacre quont connu les rues, particulirement de la ville de Kherrata travers ces gorges et ses ravins profonds. La population de Kherrata fut massacre sans sommation et sans aucune piti, ctait une vritable barbarie. Les tmoignages des quelques survivants qui gardent les stigmates de cette oppression retracent cette journe avec toutes les squelles du massacre colonial et de gnocide dirig par lex-administrateur franais de cette rgion le colonel Rousseau. Ctait une vritable chasse lhomme travers les ruelles de Kherrata, les gens sont massacrs coup de matraques et crosses ensuite entasss dans des camions, et dirigs vers les gorges pour subir les affres tortures. Sans auditions, ni interrogatoires ils sont tus bout portant, ces innocentes personnes sont tour tour balancs mortes ou vivantes dans les ravins profonds des gorges. La rpression coloniale ne faisait aucune distinction entre la population. Les femmes, les jeunes, les vieillards et les malades nont pas t pargns de ces actes de gnocide et tous sans distinction se faisaient massacrs et liquids impitoyablement. Parmi tous ces innocents figurait Hanouz Arab, mdecin auxiliaire Kherrata, qui a refus sous les ordres du colon de signer une dclaration dallgeance. Il a t victime dune torture impitoyable et atroce, son corps vivant fut tran dans les rues de Kherrata, sous lil de la population rassemble, pour tre jet dans le ravin de Chaabet Lakhera et ses trois jeunes enfants subirent le mme sort sur le pont de ce lieu qui porte aujourdhui son nom. Ils sont trs nombreux subir les mmes massacres que ce mdecin. Un massacre qui a dur une semaine o les ordres de tuer ont t donn qui ont brav la peur et refus les ordres des soldats franais. Puis pour marquer son passage sanglant dans cette rgion, la lgion dhonneur grave et marque son gnocide sur le roc du profond ravin qui a t transform en cimetire ciel ouvert. Cette inscription grave sur lun des rocher et qui apparat ds que les usagers empruntent les gorges, immortalise le gnocide sanglant, incommensurable et la haine froce des colons envers cette population qui a rejet lexploitation, la domination et sest souleve pour djouer ces actes de barbarie. Ces gnocides se sont poursuivis dans les jours qui suivent. Des tortures, des emprisonnements et des agressions physiques nont pargns personne. Prs de 1.500 morts sont tombs sous les balles assassines des colons qui tiraient sans sommation et plus dun millier de prisonniers entasss dans les geles.
M. Laouer
-----------------------------------
Stif
Dans le recueillement
Cest par un imposant programme dactivits caractre sportif et culturel qua dbut hier Stif la commmoration du 69e anniversaire des Massacres perptrs le 8 Mai 1945 par le colonialisme franais contre une population innocente, sortie revendiquer pacifiquement le doit la libert et le respect dune promesse qui na jamais t tenue.
Dans une ville qui sest mise aux couleurs nationale pour fter lvenement marqu dj dj depuis quelques jours par des manifestations culturelles et sportives dont le couronnement concidera avec la journe du 8 Mai, les manifestations officielles ont dbut hier, dans la commune de Guedjel ou les autorits de la wilaya, moudjahidines et reprsentants du mouvement associatif qui se sont regroups auparavant au sige de la wilaya se sont rendus, leffet de procder la baptisation de lhpital de rducation fonctionnelle de Rass el Ma, au nom du chahid Guessoum Laid surnomm durant la rvolution Laid Edhahoui.
Le wali Mohamed Bouderbali, le prsident de lAPW ainsi que le secrtaire de wilaya de lorganisation nationale des moudjahidines et les membres de la dlgation se rendront ensuite la maison de la culture Houari Boumedine, pour assister une confrence historique organise par luniversit Stif 2 et la sret de wilaya.
Une confrence lissue de laquelle le professeur Daho Fagrour, doyen de la facult des sciences humaines et civilisation islamique de luniversit dOran traitera de la philosophie de la rsistance : lecture sur les massacres du 8 Mai 1945 aprs avoir trait la veille au sige de luniversit de Stif 2 du thme non moins important inhrent la rvolution et lintellectuel.
Auparavant les responsables de la wilaya procderont sur ces grands espaces de la maison de la culture la visite dun imposant documents-photos sur les massacres du 8 Mai 1945.
Linauguration du Salon national du livre qui stalera dans la grande salle du parc dattractions jusquau 15 de ce mois constitue sans nul doute depuis hier, un des point fort de ce programme, au vu de laffluence quil a drain ds son ouverture au public, du nombre dditeurs exposants et de la qualit des ouvrages.
Organis par la wilaya en collaboration avec lENAG, ce Salon se veut sans doute tre le plus important quait eu accueillir la cit de Ain fouara, sachant que pas moins de 120 maisons ddition sont prsentes avec plus de 2.000 titres traitant de tous les aspects de la rvolution, de lhistoire, des Sciences et du monde des enfants.
Un Salon national qui sera galement marqu par plusieurs communications et confrences traitant, notamment de lhistoire et luvre de Nordine Aba par Mounir Zellagui,le penseur Mohamed Abdelkrim dont luvre a t galement developpe, hier aprs-midi, par Abdelhakim Boubakeur avant que le professeur Amara Alaoua de luniversit de Constantine ne se penche aujourdhui sur lidentit Algrienne travers lhistoire et samedi une journe qui sera consacre la formation de bibliothcaires, encadre par le Dr Kamel Batouche.
En fin daprs-midi, le wali et lensemble des membres de la dlgation se rendront au sige de lAPW o seront honors certaines figures de la glorieuse quipe du FLN, avant une retraite aux flambeaux avant un dner qui sera donn en lhonneur de la famille rvolutionnaire et une oprette la maison de la culture Houari Boumedine.


F. Zoghbi





 

()


: 1 ( 0 1)
 

Commmoration du 69e anniversaire des massacres du 8 Mai 1945 :...




11:22 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,