> >

[] [ ]

Al Qods Plerinage: La Normalisation Par La Thologie

(Tags)
 
Tunisie : Ennahda contre criminaliser la normalisation avec Isral Emir Abdelkader 0 2014-01-24 05:59 PM
Le "plerinage controvers" d'Imams franais en Isral Emir Abdelkader 0 2014-01-20 01:20 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-06-10
 
:: ::

  Emir Abdelkader   
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,943 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Al Qods Plerinage: La Normalisation Par La Thologie

Al Qods Plerinage: La Normalisation Par La

Thologie




1 - Le tropisme maronite lgard dIsral.

Paris Le patriarche de la communaut maronite libanaise, Mgr Bchara Ar Rahi, et une fraction des dignitaires musulmans sunnites des grands pays arabes, ont entrepris des dmarches dont le synchronisme apparait comme devant aboutir une normalisation de facto des pays arabes avec Isral, sous couvert de thologie.
Dans une dcision qui fera date dans lhistoire, le prlat libanais sest port volontaire pour accompagner le Pape Franois dans sa visite officielle en Terre Sainte, les 24-26 Mai 2014, sans la moindre obligation pastorale, rompant ainsi avec une position de principe du Liban, au-del du patriarcat maronite, de lensemble de la chrtient arabe de ne pas reconnaitre lexistence dIsral.
Mgr Rahi a justifi ce dplacement par son souci de rendre visite aux communauts maronites de Palestine. Mais son argumentation na pas convaincu bon nombre des Libanais et des chrtiens arabes en ce quelle tranche avec celle des autres dignitaires chrtiens arabes, notamment Mgr Hilarion Capucci, Archevque Grec catholique de Jrusalem, incarcr par les autorits doccupation israliennes pour son soutien la rsistance palestinienne, de mme que le patriarche copte dEgypte, le Pape Chenouda, qui stait engag comme soldat de 1 re classe dans les rangs de larme gyptienne pour participer aux combats pour la reconqute du Sina, en 1973, et avait interdit ses fidles de se rendre Jrusalem avant la cration dun tat palestinien, avec Jrusalem pour capitale.
Cette dcision controverse du patriarche maronite intervient au pire moment alors quIsral envisage dobliger les chrtiens israliens, -en fait des Palestiniens de confession chrtienne porteurs de la nationalit isralienne-, servir larme isralienne, dans une tentative de diviser les palestiniens entre chrtiens et musulmans. Les palestiniens chrtiens de nationalit isralienne seraient de lordre de 130.000 personnes. Tout comme les juifs orthodoxes (20 pour cent la population, 1,5 millions dhabitants), ils taient jusqu prsent exempts du service militaire.
Elle pourrait raviver la sourde suspicion qui pse sur cette communaut du fait de son tropisme isralien et partant fragilis considrablement le sort des chrtiens arabes, particulirement une priode marque par la monte en puissance du djihadisme takfirste dinspiration ptro-monarchique. La convergence souterraine isralo-maronite sest matrialise par un pacte secret, conclu le 30 Mai 1946, (1) entre lAgence juive et lEglise maronite. Elle sest transforme en connivence ouverte lors de la guerre civile libanaise (1975-1990), avec lalliance des milices chrtiennes avec ltat hbreu. Elle a culmin avec llection du chef phalangiste Bachir Gemayel la prsidence libanaise dans la foule de linvasion isralienne de Beyrouth, en juin 1982, puis par le trait de paix entre Isral et le Liban sous la prsidence de son frre Amine Gemayel. Le voyage du dignitaire religieux Jrusalem pourrait rduire nant les bnfices du fait darmes glorieux du Liban, seul pays arabe avoir obtenu le dgagement militaire isralien sans ngociation, ni trait de paix et le placer en porte faux en ce que la rituelle pastorale du patriarche aura eu raison de ce quIsral naura russi par les armes.
Beyrouth Ouest ( majorit sunnite), en 1982, a pay son tribut de sang face aux Israliens, en 1982, Beyrouth Sud (chiite) a repris le flambeau dune manire identiquement admirable, vingt-quatre ans plus tard, en 2006. Le jour o Beyrouth Est (chrtien) en prendra la relve, un avenir radieux se profilera pour le Liban. Mais pour ce faire, il importera au pralable de balayer la scne des scories de la politique; De ces nouveau bourgeois de Calais Libanais, dont lun dentre-eux, Samy Gemayel (maronite du Mont Liban), meurt denvie de signer un nouveau trait de paix avec Isral, en un pitoyable remake du chef duvre de son pre, feignant dignorer le traitement de laquais que lui ont rserv les Israliens son pre et son oncle, Bachir. Ah le fameux entretien houleux de Menahem Begin avec Bachir Gemayel, Herzliya, dans la foule de linvasion isralienne du Liban. Ah quelle humiliation. A vous vacciner jamais contre le syndrome de la trahison.
Ce patriarche, accueilli son lection comme un hros salvateur dune communaut traumatise par lalliance de ses chefs miliciens avec Isral, durant la guerre civile libanaise, a dsormais une image brouille dans tout lOrient, a estim le commentateur de linfluent journal libanais Al Akhbar. Lalgarade du nouveau patriarche maronite avec Rafic Hariri – En point de Mire – Actualit et Flashback
Rahi nest pas exclusivement un homme de religion pour justifier son dplacement par une mission pastorale. Il porte la croix, en mme temps quun espoir historique. Il est un symbole national, libanais, pour lensemble du Moyen-Orient, arabes chrtiens ou non, face aux bourreaux et aux oppresseurs. Sa visite est un message. Quil commence donc par se rendre Maaloula, la bourgade chrtienne de Syrie dvaste par les djihadistes, a conclu le journal le qualifiant de patriarche de la normalisation. Cf. ce propos: Vers un retournement politique de Bchara Ar Rahi? http://www.al-akhbar.com/node/205981
Pch historique: Ra se rend en Isral , titrait dans ce contexte samedi 3 mai As-Safir , un quotidien nationaliste arabe qui voque une normalisation avec loccupant isralien . La visite du patriarche des maronites, le poste spirituel le plus important en Orient, dans les Territoires palestiniens occups [...], ne sert ni les intrts du Liban et des Libanais, ni ceux de la Palestine et des Palestiniens ni ceux des chrtiens et du christianisme , explique le journal, qui dcrit la dmarche du prlat maronite comme un prcdent dangereux .
Le Centre Catholique dInformation (CCI) a prcis que le patriarche utilisera pour ce voyage un passeport diplomatique mis par le Vatican et ne rencontrera aucun responsable isralien au cours de sa visite. En revanche, il rencontrera le prsident de lAutorit palestinienne Mahmoud Abbas. Indice de sa grande nervosit, le prlat a claqu la porte des studios Amman, lors dun entretien effectu par la chaine franaise France 24 la veilel de sa visite en terre sainte.
Le Liban, li par une convention darmistice avec Isral depuis 1948, avait sign un trait de paix avec Isral, en 1983, sous le mandat du prsident Amine Gemayel (Milices chrtiennes). Mais ce trait na jamais t ratifi par le parlement. Il a t aboli un an plus tard sous leffet dun soulvement gnralis de la fraction progressiste de la population libanaise. Les Maronites, la plus importante minorit des minorits chrtiennes du Liban, dispose de la Prsidence de la Rpublique en vertu du systme confessionnel libanais en vigueur dans ce pays pluriconfessionnel.
La folle quipe milicienne leur a valu un dclassement de leurs prrogatives constitutionnelles dans le pacte de Taf (1989-Arabie saoudite) portant fondation de la 2eme Rpublique libanaise qui mit fin la guerre civile.
Prsidentielles-Liban: Le confessionnalisme, le cadeau empoisonn de la France ses enfants chris libanais. – En point de Mire – Actualit et Flashback
2- Le positionnement de lislam sunnite: la Fatwa de la discorde.

La dmarche du patriarche maronite a concid avec une dcision similaire dune fraction des dignitaires religieux de lislam sunnite, rendant licite, sous certaines conditions, le plerinage de Jrusalem. Cette dcision elle aussi controverse parait devoir constituer, par excellence, la Fatwa de la discorde, en ce quelle apparait comme une normalisation par la thologie avec Isral.
En vertu de cette fatwa par un congrs des Oulmas, tenu le 1 er mai 2014 Amman, le plerinage sera possible toutes les personnes dorigine palestinienne et tous les musulmans des pays non arabes ou musulmans, cest dire aux Musulmans du continent amricain, dans ses deux versants, dEurope et dOcanie, soit un total de 450 millions de personnes.
La double dcision du prlat libanais et des dignitaires sunnites de lever linterdit, pour des motifs pastorales ou des raisons religieuses, un voyage Jrusalem apportent une caution rtrospective la thse du premier ministre isralien Benyamin Netanyahu visant occulter la dimension palestinienne, minemment politique, du conflit isralo-arabe, en le rduisant son strict aspect religieux.
Une querelle de voisinage judo musulmane des religions abrahamiques qui pourrait trouver sa rsolution par lamnagement dune coexistence, sinon une contigut, entre Isral et lArabie saoudite, les deux partenaires majeurs des Etats Unis au Moyen-Orient, paralllement la mise en quarantaine des takfiristes, cest--dire les chiites et lensemble des dissidents, tous les contestataires lordre capitaliste des no-conservateurs isralo-occidentaux et de la ptro-dynastie wahhabite.
Isral a procd lannexion de la totalit de Jrusalem en 1980, faisant de la ville sainte la capitale ternelle de ltat juif, en y englobant le secteur arabe y compris la Mosque Al Aqsa, 3eme haut lieu de lIslam, occupe depuis 1967 par les Israliens.
Reflet du clivage idologique du Monde arabe, le Mufti de Jrusalem, Docteur Mohamad Hussein, le Mufti saoudien Mohamad Al Arfi, ainsi que le Mufti dEgypte, Docteur Ali Joundi, se sont prononcs en faveur de la leve de linterdit, lassortissant de certaines conditions. Le Mufti dEgypte, dont le pays a sign un trait de paix avec Isral, a effectu dernirement le plerinage dAl-Qods, linvitation du gouvernementjordanien, lancien tuteur des Lieux Saints musulmans de Jrusalem. Et lArabie saoudite, sous couvert de guerre contre le terrorisme, notamment la criminalisation de la confrrie des Frres Musulmans, a engag une normalisation de facto avec Isral, confiant une socit isralienne, la charge de la scurit de laroport de Djeddah, porte dentre des plerins du Monde entier vers le plerinage de la Mecque.
Le New-Look saoudien, sous couvert de guerre contre le terrorisme la normalisation de facto avec Isral – En point de Mire – Actualit et Flashback
3 La surprenante position de Mahmoud Abbas

La position de Mahmoud Abbas peut surprendre. Linfluent journaliste palestinien, Abdel Bari Atwane, fondateur du journal trans-arabe Al Qods Al Arabi et propritaire dAr Rai Al Yom, a ironis sur cette forme de normalisation dguise par la thologie: Mahmoud Abbas, chef de lAutorit Palestinienne, sest prononc en faveur de la leve du boycott, alors que rsidant lui-mme Ramallah, en Cisjordanie occupe, quelques dizaines de km de Jrusalem, il nest pas autoris par les Israliens se recueillir sur lesplanade de la Moque, encore moins prier Al-Aqsa, crit-il, le 2 Mai, commentant cette fatwa sur son site en ligne Ar Rai al Yom. .. .. .
Faisant concession sur concession, sans contrepartie, Mahmoud Abbas a admis, en Mai 2014, que le gnocide hitlrien lencontre des juifs tait la pire vilnie de lhistoire contemporaine, sans mme mentionner le sociocide dont est victime son propre peuple, le peuple palestinien. Une dclaration hautement contreproductive en ce quelle a laiss de marbre les Israliens, tout en lui alinant une fraction de lopinion arabe pour sa reptilit devant les Oukases isralo-amricains.
4 Le grand cart de Youssef Qaradawi.

Par contre, Cheikh Youssef Al Qaradawi, Prsident de la confdration mondiale des Oulmas, sest prononc pour le maintien du boycott, de mme que son alli le mouvement palestinien du Hamas. Qaradawi et le Hamas, situs dans la mouvance de la confrrie des Frres Musulmans, sont des allis majeurs du Qatar, un des plus actifs soutiens la stratgie atlantiste dans le Monde arabe, particulirement contre les rgimes rpublicains arabes. Pour sa crdibilit, le duo devrait purger sa contradiction, dont le soutien au Qatar, un des meilleurs allis dIsral, le principal protecteur dIsral, lui a alin la sympathie dune large fraction de lopinion arabe.
A lorigine de la grave crise entre le Qatar et lArabie saoudite, par ses prches incendiaires, ce tlprdicateur est dsign, par drision, Mufti de lOtan pour ses suppliques rptes en faveur dune intervention militaire contre la Syrie, de la part des pays occidentaux, les anciens colonisateurs des pays arabes, alors que le Hamas, lui, ptit dun discrdit la suite de linstallation de son chef politique, Khaled Mechaal, Doha, une trentaine de kms de la base dAydid, du Centcom, la plus importante base amricaine du tiers monde.
Al Qods et Al Aqsa ont t protgs depuis des dcennies par la rsistance opinitre et quotidienne des habitants de Jrusalem, qui supportent seuls, le poids de loccupation. Ce nest pas lachat de quelques souvenirs dans les choppes de la vieille ville qui va soutenir la rsistance du peuple palestinien. Il serait plus sain que tous les Oulmas, les Arabes et les Musulmans, fassent pression sur leurs dirigeants en vue de les inciter sengager srieusement dans des actions nergiques pour mettre un terme une telle situation et non de financer, grands frais, des guerres interarabes, conclut M. Atwane. Selon les estimations les plus gnralement admises, prs de 10 milliards de dollars ont t dilapids par les ptromonarchies du golfe pour financer la contre-rvolution arabe, particulirement en Libye, en Tunisie, en Egypte, au Ymen, Bahren et en Syrie.
Lincendie de la Mosque dAl-Aqsa, le 21 Aot 1969, survenue deux ans aprs la dfaite arabe de juin 1967, avait t demble perue comme le prlude la judasation rampante du secteur arabe de la Ville Sainte de Jrusalem. Elle mettra en bullition le monde arabe et musulman et favorisera leur jonction symbolique en donnant lieu la tenue du premier sommet islamique contemporain, le 1er septembre 1969, Rabat, sous lgide des monarques arabes proamricains, Fayal dArabie et Hassan II du Maroc, pauls en la circonstance par le Chah dIran Reza Pahlvi, et le Pakistan, le plus grand tat islamique aprs lIndonsie et une des grandes puissances militaires dAsie.
A ce titre, lincendie du troisime Haut Lieu Saint de lIslam apparat rtrospectivement comme lacte de naissance de lislamisme politique, une date fondatrice de lhistoire de la sphre arabo-musulmane, devenu au fil des jours un des dfis majeurs de lhistoire contemporaine. Isral, puissance occupante, sest empress dimputer la responsabilit de cet acte sacrilge un illumin, un australien de confession juive, Michael Rosen, diagnostiqu comme atteint de troubles mentaux. Le mme diagnostic sera port, 24 ans plus tard, lencontre dun autre illumin, Baruch Goldstein, militant intgriste juif, auteur dune fusillade contre la Mosque dHbron, en 1994, faisant plusieurs dizaines de victimes. A croire que la dmence est un argument commode pour sexonrer de toute responsabilit et se dispenser de toute remise en cause de sa propre politique. Lhomme, Michael Rosen, son forfait accompli, est tomb depuis lors dans loubli, mais les consquences de son acte se font sentir encore de nos jours, confirmant non seulement le rle dtonateur de Jrusalem, comme en tmoigne la provocation dAriel Sharon sur lesplanade de la Mosque en septembre 2000 dclenchant la seconde Intifada palestinienne, mais galement la prpondrance prise par lquation islamique dans la radicalisation du conflit isralo-arabe.
A noter pour lhistoire quaucun dignitaire religieux chiite na particip au colloque dAmman, dgageant ainsi la responsabilit de la branche rivale du sunnisme dans cette forme de normalisation dguise par la thologie avec Isral.
LIran chiite et le Hezbollah libanais constituent les deux seules entits proclamer leur attachement la clbration de la journe mondiale dAl Qods, commmore chaque anne le dernier vendredi du mois de Ramadan, en labsence de la moindre participation sunnite, alors que la Palestine est dans sa trs grande majorit peuple de sunnites et dune minorit chrtienne arabe, dont la population ne comporte aucun chiite, et que la responsabilit de la dfense des Lieux Saints Musulmans incombe aux vingt pays arabes qui se rclament du sunnisme, la branche majoritaire de lIslam.
Rfrences

1 A propos du pacte secret entre lEglise catholique et lAgence juive et les relations entre Isral et les Maronites, Cf. notamment ce texte en langue franaise Victimes, Histoire revisite du conflit arabo sioniste- Benny Morris (Edition Complexe), chapitre I page 539 et suivants/ et Avi Shlam Israeli interference in internal arab world: The case of Lebanon. In The politics of arab integration, Giaccomo Luciani and Ghassane Salam eds. (London 1988, page 236), dans le PDF joint page 19http://english.dohainstitute.org/fil...4a14f1ba56.pdf
2-A propos de la visite du Patriarche maronite en Palestine: Le patriarche maronite innocente les collabos de larme isralienne. Cf ce propos le compte rendu de cette visite pastorale en Haute Galile auprs des anciens suppltifs libanais de larme isralienne. Le Patriarche maronite Bchara Rahi en tourne pastorale dans le nord de Galile, dans la rgion du Lac de Tibriade, le 28 Mai 2014 auprs de la communaut maronite constitue par les familles des anciens soldats du gnral factieux Antoine Lahad, le suppltif de larme isralienne dans le sud du Liban lors de la guerre civile libanaise. La fille du fondateur de cette milice, le Gnral Saad Haddad, a opt pour la nationalit isralienne et soutenu une thse en sciences mathmatiques luniversit isralienne. Deux autres enfants des anciens miliciens servent dsormais dans larme isralienne.
http://www.al-akhbar.com/node/207398
http://www.al-akhbar.com/node/207607
http://www.assafir.com/Article/1/352535







 

()


: 1 ( 0 1)
 

Al Qods Plerinage: La Normalisation Par La Thologie




12:44 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,