> >

[] [ ]

Limogeage de responsables : ...

(Tags)
 
Le limogeage de Tebboune vu par la presse trangre Emir Abdelkader 0 2017-08-17 10:59 AM
Le limogeage du wali choque les Bjaouis Emir Abdelkader 0 2016-12-13 11:30 AM
Les raisons du limogeage de Abdelhamid Zerguine Emir Abdelkader 0 2014-08-10 07:23 PM
Zerguine nest plus PDG de sonatrach : Les raisons dun limogeage Emir Abdelkader 0 2014-07-27 03:48 PM
Sonatrach : Un limogeage et des interrogations Emir Abdelkader 0 2014-07-26 10:13 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
4
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 46,852 [+]
: 2369
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Limogeage de responsables : ...

Limogeage de responsables : pourquoi il ne faut pas tirer de conclusions htives



Les choses se sont prcipites dans le sillage de laffaire de la cocane saisie sur un bateau au large dOran. Dans un effet domino prvisible, plusieurs ttes sont tombes, dont les premiers responsables des principaux corps de scurit du pays.
Dautres remplacements, moins mdiatiss, ont eu lieu dans la hirarchie de lANP et des services de scurit loccasion de la fte de lindpendance, sans tre forcment lis aux pripties de laffaire Chikhi, puisque cette priode est habituellement propice aux promotions et fins de fonction.
Les dsormais ex-patrons de la police et de la gendarmerie, Abdelghani Hamel et Menad Nouba, ont tous deux le grade de gnral-major, soit le deuxime plus lev de larme algrienne et trainent une carrire militaire longue dau moins une quarantaine danne.
Si le gnral Nouba tait plutt effac et ne semblait pas saccommoder des feux de la rampe, M. Hamel, lui, a rompu avec la rserve que pouvait lui imposer son long vcu dans larme.
Il tait plutt communicateur et avait une prsence mdiatique rgulire et trs remarque depuis sa nomination au poste de directeur gnral de la Sret nationale en juillet 2010.
Le style du chef de la police, son CV et ses tats de services ont mme fini par faire de lui un acteur majeur de la scne publique. Certains iront mme jusqu voir en lui un potentiel successeur pour le prsident Bouteflika la tte du pays. Ambition fonde ou simple lubie des observateurs, quoiquil en soit, lhomme nest plus en poste sur dcision du prsident de la Rpublique.
Sagit-il pour Hamel, Nouba et les autres hauts responsables remplacs dun dpart dfinitif ou dune simple mise au frigo ? Pour rpondre linterrogation, il faut dabord connatre les motifs rels de leur remplacement.
Parler ds maintenant dune mise au ban dfinitive cest aller vite en besogne et oublier quune telle sentence na que rarement fait partie des outils du systme dans sa gestion des conflits internes .
Le recyclage du personnel politique et administratif au gr des besoins est une subtile manire pour le systme de se rgnrer, de redistribuer les cartes et de tenir en respect les bannis en leur faisant miroiter lespoir dun retour en grce.
Le procd est presque cul : le haut responsable relev de ses fonctions est nomm dans une ambassade dimportance proportionnelle son rang et attend patiemment le coup de tlphone qui lui annoncera la fin de la traverse du dsert.
Mme quand il nest pas plac dans une chancellerie, il se cloitre chez lui et vite toute dclaration ou action de nature le griller dfinitivement.
Faut-il rappeler que mme le prsident Bouteflika, mme si son cas est trs particulier, a accd au sommet de lÉtat aprs deux dcennies loin du systme ?
Nanmoins, le cas le plus emblmatique reste celui de lactuel Premier ministre, Ahmed Ouyahia. Cest la quatrime fois que lhomme est nomm ce poste sous deux prsidents diffrents (1995-1998, 2003-2006, 2008-2012 et depuis 2017), et chaque fois quil a d le quitter sur dcision de la prsidence de la Rpublique, il na pas rechign.
Ouyahia na pas connu de longues traverses du dsert tant nomm dans lintervalle de ses mandats de chef du gouvernement au poste de ministre de la Justice et de directeur de cabinet de la prsidence, mais il lui est arriv de rester un ou deux ans loin des affaires, tout en vitant de commettre limprudence de tenter une rbellion.
Youcef Yousfi, ministre du gouvernement actuel, pour ne citer que lui, a aussi connu une longue clipse. Ce rescap de lre Zeroual avait quitt le gouvernement en mai 2001 pour ne revenir aux affaires que prs de dix ans plus tard (mai 2010), allant jusqu occuper phmrement le poste de Premier ministre (mars-avril 2014).
Les exceptions Belkhadem et Benflis

Chakib Khelil, ministre de lÉnergie pendant plus de 10 ans, a connu les affres de la mise au ban avec le lancement dun mandat darrt contre lui par la justice algrienne dans le cadre de lenqute sur les scandales Sonatrach et BRC, avant dtre blanchi comme un sou neuf.
Depuis son retour en grce, lhomme est rgulirement cit comme un potentiel candidat pour diriger le gouvernement, voire plus
Hamid Temmar, ministre de lIndustrie et du Commerce dans les annes 2000, est lui aussi de retour au-devant de la scne.
Dans la sphre scuritaire, le parcours de Athmane Tartag illustre parfaitement cette tendance du systme rappeler ses agents aprs leur mise au ban.
Responsable au sein du DRS de la lutte contre le terrorisme dans les annes 1990, il est mis la retraite en 1999, le nouveau prsident Bouteflika ayant probablement jug son profil incompatible avec son projet de rconciliation nationale.
Douze ans aprs, soit en 2011, Tartag est rappel pour diriger la Direction de la scurit intrieure (DSI), devenant de fait le numro deux du DRS. Il sera une deuxime fois mis la retraite en 2014 avant dtre de nouveau rappel en 2015 pour prendre carrment la place du gnral Toufik la tte des renseignements aprs la restructuration du DRS.
Sil y a des exceptions qui confirment la rgle, cest peut-tre celles de Abdelaziz Belkhadem et Ali Benflis qui semblent, du moins jusque-l, rellement bannis.
Aprs avoir occup de hautes fonctions successives, dont celles de prsident de lAPN, chef de la diplomatie, chef du gouvernement, secrtaire gnral du FLN et reprsentant personnel du prsident de la Rpublique, Belkhadem a quitt les affaires de la manire la plus humiliante qui soit.
Cest via un communiqu public que le prsident Bouteflika a mis fin toutes ses fonctions dans les structures de lÉtat. Nanmoins, mme ce traitement na pas amen Belkhadem rompre avec la ligne de conduite de ceux qui lont prcd dans la disgrce.
Depuis aot 2014, il na fait que de rares apparitions publiques au cours desquelles il sest gard dmettre la moindre critique lgard de celui qui a brutalement mis un terme sa carrire politique.
Le tort de Belkhadem, assure-t-on, cest davoir eu des ambitions interdites et davoir fait le tour des chancelleries trangres pour tenter de vendre sa candidature la magistrature suprme. Soit le genre de pch que le systme ne pardonne pas et punit de sentences vie, comme il lavait fait avec Ali Benflis et ses fidles qui ont eu les mmes vises en 2004.
Pour le reste, il suffit de savoir faire le dos rond et attendre que les choses se tassent. Et que la roue tourne



 

()

« "": | ... »

: 1 ( 0 1)
 

Limogeage de responsables : ...




10:39 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,